La réflexion irréfléchie appartient aux heureux ignorants- Ryù, akuma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La réflexion irréfléchie appartient aux heureux ignorants- Ryù, akuma

Message par Elie le Sam 13 Fév - 22:47

                                         
Ton perso          
Nom: Ryù    
Age:    5 ans  
Ce qu'il aime:  Le calme, la chaleur, réfléchir    

Ce qu'il n'aime          pas:    l’agitation bruyante, les conflits

où il vit (dans quel ville ou dans quel forêt) :    La forêt de Yakushima  
Statut(chercheur, rebelle, neutre ou akuma, si vous êtes un akuma préciser de qui.):Akuma dragon d'Elie Fernandez
       
                              Physique(Minimum          4 lignes):    
                                               
         
         
Comment les humains imaginent les dragons ? Pensent-ils a de gigantesques reptiles cracheurs de feu et avides de trésors ? Sottises ! Il se trouve que je suis moi-même un dragon et je ne suis certainement pas de ceux-là. J’ai une forme serpentine, mesurant environ deux mètres. Mon corps est longiligne et gracieux, mais bien plus épais qu’un serpent. Ma colonne vertébrale est assez souple pour que je me tortille comme le font ces reptiles sans pattes, et assez puissante pour que je me tienne sur deux pattes. Cependant, je suis quadrupède la plupart du temps. Mes pattes sont renforcées par un puissant arsenal. Pour les antérieures, elles sont dotées de cinq griffes, et mes pattes arrière de quatre. Je suis recouvert de solides écailles rouges et dorées très résistantes. Ma tête est entourée d’une crinière brune et ornée de deux cornes semblables à de petit bois de cerf, en moins impressionnant je l’avoue. Je me déplace très rapidement et aisément, surtout en forêt. Car grâce aux branches et aux troncs des arbres, je peux presque avoir l’impression de voler, sautant de branche en branche. Mes deux longues moustaches si caractéristiques des dragons asiatiques ondulent alors le long de tout mon corps. Voilà à quoi je ressemble en tant que dragon. Ho, j’ai failli oublier : J’ai des crocs assez impressionnants si je puis dire. Mais qu’on se rassure, malgré mes dents et mes griffes acérées, ma grande taille, ma force et ma vitesse, je suis un dragon pacifiste.
         
     


       
                              Caractère(Minimum          5 ligne):    
                                               
         
         
         
    J’ai conscience qu’il est impossible de définir son caractère de façon objective, mais je serais le plus honnête possible. Pour commencer, comme je l’ai déjà dit, je suis un dragon assez pacifiste. L’idée de me battre de colère contre quelqu’un ne m’a jamais effleurée, encore moins par plaisir. Je préfère me battre par la parole quand je suis en colère, quoique cela arrive rarement : Je suis d’une nature plutôt calme. Je peux rester une après-midi entière assis sur une branche ou un rocher, à penser et réfléchir sans bouger. J’ai toujours été comme ça, étant donné que les akumas ne grandissent pas, je n’ai jamais eu d’insouciance d’enfant. Cela ne fait pas parti de mon caractère. Je suis peu bavard et j’apprécie la solitude autant que la bonne compagnie.  Chaque nouvelle rencontre est pour moi une opportunité  importante à saisir et je prend plaisir à découvrir le monde, tout ce qu'Ishi ne m'a pas déjà appris, étant assez curieux. On me dit souvent que je n'ai pas d'humour... J'avoue que je ne pense en être totalement dépourvu, mais je suis censé être objectif, donc on peut dire que je n'ai pas le rire facile. Et puis, je dois bien avouer que je me prend parfois trop au sérieux... Trop terre à terre peut être. J'ai beau apprécier les rencontres avec d'autres akumas, je n'aime pas vraiment les grand rassemblement de personnes, par exemple des groupes de dix... Pour cette raison, j'apprécie peu les villes grouillantes d'humains. Je suis donc légèrement associable à ce qu'on dit. J'ai également tendance à me montrer trop curieux. Notamment quand je rencontre quelqu'un, je repère toujours un détail qui m'intrigue et je ne peux m'empêcher d'essayer d'en savoir plus. Cela peut parfois agacer ou gêner mes interlocuteurs, mais c'est plus fort que moi. Je suis... avide de secrets et d'histoires. Mais que je vous rassure, je sais garder tout cela pour moi, je ne suis pas du genre à trahir ma parole. Cette curiosité naturelle fait que je me mêle souvent de ce qui ne me regarde pas, si on ajoute à ça au fait que je prend tout très au sérieux, je peux me retrouver à aider un akuma dans un de ses problèmes sans raison apparente, si ce n'est que cela pourra satisfaire ma curiosité inaltérable.

         
         
         
     


       
                             Histoire(Minimum          5 lignes:    
                                               
         
         
   C’est dans les secrets de la terre, dans un lieu interdit aux humains, qu’un jour de pluie, une puissance mystérieuse s’éveilla. Ce n’était pas une entité millénaire qui était restée inactive pendant une éternité pour refaire surface sans que l’on sache pourquoi. Non, celle-ci n’était point une dormeuse. Chaque jour, elle illuminait le monde de sa lumière, faisant un travail acharné chaque minute pour créer, inventer, modeler, donner vie. On l’aura compris, je parle de la légendaire Ishi. C’est donc un jour de pluie qu’elle s’illumina pour une nouvelle création : moi. Comme tout Akuma, je suis né pour une occasion spéciale : La naissance d’un humain. Je n’avais vécu que quelques secondes sur cette terre que déjà, mon esprit était infiltré par le savoir. La Pierre m’en faisait don pour que je sache pourquoi j’étais là. Elle m’offrit la connaissance du langage, les bases de la survie et elle me donna deux noms : Le mien et celui de l’humaine à laquelle j’étais lié. J’étais Ryù, elle était Elie Fernandez. La divinité me donna une dernière chose avant d’achever sa création : Un but. Protéger et aider Elie Fernandez. Cette naissance peut paraitre singulière, mais en vérité c’est ainsi pour tous les akumas. J’ai passé une grande partie de ma vie dans la forêt, à m’occuper comme je pouvais, conversant avec d’autres Akuma, sans vraiment m’occuper des humains.  Mais il y a quelques mois, il s’est passé quelque chose d’extraordinaire. Je l’ai ressenti, cet appel. Il avait explosé dans mon esprit, concentrant toutes mes pensées de l’instant. Elle avait besoin de mon aide, je le sentais. Je devais venir à sa rencontre, c’était mon devoir. C’était mon but. C’était ma raison d’être. J’avais quitté l’arbre sur lequel je me prélassais et j’avais bondit à travers la forêt pour la rejoindre et l’aider. D’abord quelque peu surpris par l’aspect étrange d’une ville, je slalomais à travers les voitures et les bâtiments de marbre pour la trouver, elle. Elle était assise contre un mur, pleurant, seule, toute petite par rapport au reste du monde. J’étais certain que c’était elle. Je ne m’étais pas manifesté tout de suite, la contemplant un instant, fasciné par cette humaine à qui j’étais lié d’une certaine manière. Je me demandais si ses longs cheveux roux et bouclés étaient un point commun avec mes quelques écailles rouges. Quoique, dans ce cas, ses cheveux auraient eu tendance à être bruns, comme ma crinière. Quel était donc mon point commun avec cette petite ? Me serais-je trompé ? Je la regardais. Non, j’étais certain qu’il s’agissait bien d’Elie Fernandez. Ce qui était étrange, c’est que bien que l’on soit du même jour et de la même année, je la trouvais très enfantine par rapport à moi. A quel point étions-nous différent ? J’effaçais mes pensées d’un coup de queue et me dirigeait vers elle, sans toutefois me montrer à ses yeux. Je m’approchais d’elle, me demandant ce qui la mettait dans un tel état. Cela ne devait pas être une anodine histoire de gamine, sinon je n’aurais pas ressenti ce besoin irrépressible de la retrouver. Cependant, je ne souhaitais pas me montrer. Je me demandais comment faire, quand j’aperçus à travers la vitre d’un bâtiment des jouets et des peluches. Une idée me traversa l’esprit et je filai vers ce magasin. Je m’assurais qu’aucun humain ne me regardait -que personne ne voit une peluche volante passer, c’est pas tout d’être invisible-, attrapait un objet au hasard et sortit aussitôt. Une fois que je fus bien caché, j’examinai la peluche que je tenais entre mes griffes. Un petit loup aux yeux inexpressifs. Je me demandais comment les humains pouvaient trouver ça mignon, c’était plutôt angoissant un animal figé et aux yeux véreux, le regard vide. Mais ce n’était pas le moment de m’interroger sur les coutumes de mes voisins, Elie Fernandez était plus importante. Je m’approchai donc de nouveau et déposai la boule de faux poils près de la petite. Elle tourna la tête, étonnée de la soudaine apparition de la peluche. Elle renifla bruyamment et cessa de crier ses pleurs.

« Qu’é que tu fais là ? Toi aussi tu es renvoyé de ton école ? Et bah moi z’ai mordu la maîtresse, et puis bah du coup et bah z’ai p’us le droit d’aller à l’école pendant un an d’une année, et moi du coup ze suis toute seule. C’est pas juste, dit-elle en prenant le loup dans ses bras, mais toi t’es gentil. »

Je comprenais mieux la raison de ma présence ici. La petite parlait dans un langage très bancal, mais après tout c’était normal : Elle n’était pas née avec le savoir d’un akuma. J’ignorais cependant l’importance de l’école, mais cela devait être important pour les humains pour que notre Lien se soit éveillé.

« Mais les p’uches ça bouge pas. » Dit-elle comme si elle redécouvrait le monde.

Elle se leva tandis que je reculais un peu.

« Tu es qui ? C’est zentil de m’avoir donné cette p’uche, maintenant tu seras mon ami. T’es où ? Tu me laisse pas toute seule ? »

D’abord étonné par sa puérilité, je me sentis très touché par son sentiment de solitude. Cela me rendait triste de la voir ainsi. C’était étrange… S’inquiéter ainsi pour une fillette que je ne connaissais même pas… C’était cela, le pouvoir d’Ishi. Je ne m’enquis guère du fait qu’elle avait deviné une présence autre que la peluche. Elle était si jeune que cela ne la choquait même pas d’avoir affaire à une personne invisible, à moins qu’elle pense qu’il était déjà parti, et de toute façon même si elle en parlait à quelqu’un -ce qui avait déjà peu de chance d’arriver- aucun adulte ne croira ses histoires. Néanmoins, je me refusais à me montrer vraiment. Pour répondre tout de même à sa question, je posai ma patte sur son épaule, remarquant alors que sa peau était aussi dure que mes écailles. Ce serait donc ça, notre point commun… Elle sursauta à ce contact, ne s’y attendant visiblement pas. J’espérais qu’elle comprendrait le sens de ce geste : Non, je ne te laisserais pas tomber. Jamais. Je retirai ma patte et la regardai un instant dans les yeux, tandis qu’elle voyait le vide.

« Il s’appelera Kabu. Ça lui va bien, tu trouves pas ? »

Ses larmes ne coulaient plus. Je soufflai sur ses cheveux pour lui donner mon approbation. Elle sourit, et cela me fit chaud au cœur. Désormais, elle savait qu’elle n’était plus seule. Satisfait d’avoir accompli mon devoir, je m’enfui à toute vitesse, espérant que cela suffirait à ce qu’elle aille mieux. Mais je ne me faisais pas trop d’illusions : Au cours de cette année, je devrais sûrement avoir à lui rendre visite souvent, qu’elle passe par cette étape de sa vie sans trop de difficultés. C’est ainsi que récemment, je changeai mes habitudes : Je prenais en filature l’humaine à laquelle j’étais lié et m’informais sur sa vie pour voir où elle en était et ce que j’avais manqué en quatre ou cinq ans. J’appris qu’elle passait la plupart de son temps seule, ses parents étaient peu attentionnés et se disputaient régulièrement et aucun de ses anciens camarades de classe ne lui rendait visite. Elle passait sa vie à découvrir de nouveaux endroit. Une gamine de cinq ans ne se balade pas seule en ville…

Maintenant, je dois faire en sorte qu’il ne lui arrive rien, qu’elle ne soit pas trop seule et qu’elle ne fasse pas de trop grosses bêtises. Je dois veiller sur elle, telle est la mission qu’Ishi confie aux akumas. Je me rends régulièrement en ville, bien que je sois souvent en forêt, n’appréciant que peu les odeurs de la ville. Même avec le savoir inné des akumas, j’en apprend chaque jour sur les humains et je risque de les côtoyer pendant une année, jusqu'à ce qu'Elie réintègre l'école. Après, elle n'aura peut être plus besoin de moi mais pour l'instant je reste concentré sur mon objectif.





Toi    
     
Surnom/pseudo:    Elie  
Age:    16 ans et toute mes dents.  
Codes: j'ai hate de faire des rp avec ton personnage
Comment trouve tu le forum?      
It's so good.


Dernière édition par Elie le Ven 17 Juin - 18:15, édité 1 fois

Elie

Messages : 67
Date d'inscription : 06/09/2014
Age : 16
Localisation : Pas très loin.

Voir le profil de l'utilisateur http://audeladecemonde.clicforum.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: La réflexion irréfléchie appartient aux heureux ignorants- Ryù, akuma

Message par ségna le Jeu 16 Juin - 14:19

ouah, j’adore ta présentation, son histoire est particulièrement fascinante. je suis désoler de répondre avant l'administratrice mais j'ai juste remarquer une petite chose qui m'a intrigué. tu as écris: Pour les postérieurs, elles sont dotées de cinq griffes, et mes pattes arrière de quatre . les pattes arrières ne sont-elle pas les pattes postérieur et celle de devant antérieur? au part ce détail, j'ai hâte de rp avec Ryù.

ségna

Messages : 71
Date d'inscription : 08/09/2014
Age : 16
Localisation : quelque part dans l'univers ( ça vous avance beaucoup)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum